Simulation assurance animal de compagnie

Complétez ce formulaire qui vous prendra moins de 5 minutes pour recevoir des offres personnalisées pour assurer votre animal de compagnie.





Bannière 728x90

Voici 5 autres articles sur les assurance pour animaux qui pourraient vous intéresser :

La perte d'autonomie, même partielle, peut avoir de graves conséquences, notamment financières. Il existe une assurance pour des coûts relativement modestes. Voici les meilleurs et les pièges à éviter.

Bien sûr, le pire n’est jamais sûr. Seulement 8% des plus de 60 ans sont bénéficiaires de l'allocation d'indépendance personnalisée (APA) et sont donc considérés comme dépendants du gouvernement. Étant donné que l'âge moyen d'apparition est de 82 ans, l'augmentation de l'espérance de vie devrait améliorer les statistiques. Selon une étude de l'INSEE, 41% des personnes nées entre 1940 et 1954 perdront leur autonomie pendant au moins un an, 52% des femmes ayant même une espérance de vie plus longue. Et bien que la durée de la dépendance puisse être considérée comme brève (environ 4,4 ans), elle est beaucoup plus longue pour les personnes atteintes de démence de type Alzheimer qui survivent en moyenne 8 à 10 ans après le diagnostic de la maladie. Maladie. La démence, qui pourrait toucher aujourd'hui 850 000 personnes en France
25% des plus de 65 ans d’ici 2020.
Le risque ne peut être pris à la légère, même si les personnes âgées peuvent s’attendre à une assurance sociale, qui couvre en partie les coûts de la maladie et qui est protégée par l’obligation des enfants de subvenir aux besoins de leurs ancêtres (article 205 du code civil, voir aussi no. 1039 de la Spéciale, page 74).

La clé: soutien, loyer ou même capital

À domicile ou en institution, et malgré l’aide publique (APA et abattement fiscal à domicile essentiellement), la grande majorité des personnes dépendantes doivent à présent prendre une pause entre 500 et 1 500 € par mois (voir p. 69). À 500 € par mois pendant 4 ans, il s’agit donc de près de 25 000 €, qui doivent être payés. Et si cela prend 10 ans et coûte 1 500 € par mois, la facture finale est de 180 000 €. Toutefois, moyennant une contribution de quelques dizaines d'euros par mois, il existe une assurance spéciale d'assistance, mais en particulier de verser une pension afin de compléter les revenus ou le capital nécessaire à la construction de logements, de préférence à domicile. restent. Déjà à la fin de 2008, 3 millions de personnes avaient souscrit une telle assurance, ce qui fait du Français l'un des plus prévoyants au monde contre le risque de dépendance. Êtes-vous également intéressé? Si oui, quelle est la pension à choisir? Quel contrat préférez-vous? Vous devez savoir ce qui suit.

Plus tôt nous nous inscrivons, plus les primes sont basses

La grande majorité des produits vendus sont des politiques de précaution. Le principe est simple: le jour de la perte d'autonomie, l'assureur verse une pension dont le montant est initialement prévu de 300 à 2 000 € par mois. Ces contrats ont l'avantage d'être relativement faciles d'accès: pour bénéficier d'une protection complète et d'une pension de 1 000 EUR par mois (voir p. 70), le montant de la prime s'élève à environ 50 EUR par mois. 55 ans, 80 € à 65 ans et 120 € à 75 ans, la plupart des contrats accordant une réduction de 5 à 20% en cas d’adhésion au mariage. Cependant, veillez à ne pas vous inscrire trop tard. En effet, il existe une limite d'âge pour souscrire, qui est généralement comprise entre 70 et 75 ans (77 ans pour Safir Plus Autonomy, AG2R La Mondiale), et seules les personnes en bonne santé sont acceptées (un questionnaire, même un examen médical est toujours requis.) Tous les contrats Ils prévoient également une période d'attente avant l'indemnisation: une dépendance physique n'est généralement indemnisée que si elle adhère à la démence 3 ans plus tard, au moins un an après la souscription, et vous n'avez pas d'autre choix: augmenter la prime jusqu'au moment de la perte d'autonomie et, s'il n'y a pas de dépendance, jusqu'au décès. Seul le contrat Agipi Egard prévoit des paiements temporaires (sur 2 à 25 ans) ou une prime unique.
Ces contrats sont donc comme une assurance voiture ou une assurance habitation "Fonds". Si le risque n'est pas reconnu, l'assuré n'a pas cotisé. Et s'il cesse de payer la prime parce qu'il ne peut pas payer, par exemple, à cause de son revenu, le contrat sera "coupé". Selon ce mécanisme de réduction appliqué par tous les assureurs, si l'assuré a payé 8 cotisations un certain nombre d'années avant la fin de ses paiements (même 10 ans pour le contrat Macif, mais seulement 5 ans pour le contrat Macif). CIC-Crédit Mutuel et 1 an pour Egard d'Agipi), il recevra une partie du loyer initial, même si la dépendance survient des années plus tard. S'il cotise depuis 10 ans, l'assuré peut espérer recevoir 30% de la rente d'origine ou 50% s'il a cotisé pendant 20 ans. Un plus petit mal.

Les récompenses et les garanties augmentent chaque année

Autre caractéristique de ce type de contrat: le montant de la prime augmente avec les années. Les élévations sont doubles. Chaque année, les garanties et les primes sont réévaluées conformément aux contrats, à l'évolution du point Agirc, au plafond de la sécurité sociale (voir p. 95), à un indice Insee ou, dans la même proportion, à un taux fixé par l'assureur. C'est environ 1 à 4% par an. Chaque année, la prime augmente, mais aussi le montant de la pension attendue en cas de dépendance. En supposant une cotisation annuelle de 65 ans pour une pension mensuelle de 1 000 € et une réévaluation de 2% par an, le montant de la prime augmentera dans 20 ans d'environ 80 € à 120 € par mois et la pension garantie de 1 000 €. à 1500 €. Parmi les contrats que nous avons examinés, seule l’autonomie de Bien-Être de Prévoir ne prévoyait aucune réévaluation. Les primes restent donc fermes, mais le loyer de base prévu – également fixé – pourrait se révéler insuffisant dans les années à venir, en fonction de l'évolution des prix pour les maisons de retraite ou les travailleurs domestiques. Il est préférable pour ce contrat de prévoir une pension plus importante ou de vérifier les garanties pendant le contrat.
La deuxième augmentation possible des primes dépend du solde financier du contrat. Si le souscripteur sous-estime ses risques (si ses assurés sont plus susceptibles d'être en situation de dépendance ou si leur rémunération est plus longue que prévue), il se réserve le droit d'augmenter les primes. Un cas rare rencontré par les pionniers des soins de longue durée (AG2R La Mondiale, Mutex …) lors de leurs premiers contrats conclus dans les années 1980 était qu'ils avaient sous-estimé les risques qui les avaient amenés à réajuster les primes. Aujourd'hui, tous les assureurs semblent avoir pris la mesure du risque. Toutefois, en cas de révision, certains assureurs tels que AG2R La Mondiale, Agipi, Groupama ou Prévoir ont autorisé l'assuré à refuser l'augmentation. Dans ce cas, le loyer est réduit dans les mêmes proportions, ce qui représente un compromis intéressant.

Faites attention aux définitions de dépendance des assureurs

Voilà pour le fonctionnement de ces contrats. L'essentiel, cependant, réside dans leur "composante de rémunération". Le principe est que tous ces contrats entrent en jeu le jour où une situation de dépendance se présente, en tenant compte de la grille d'aggir, de l'instrument de mesure officiel et / ou de la capacité de la personne à effectuer certaines tâches «activités quotidiennes» (ADL). , voir encadré p.72). Cependant, chaque assureur a ses propres critères pour définir le degré de perte d’autonomie et peut l’évaluer différemment, selon qu’il soit d’origine physique ou mentale (démence). La "dépendance totale", qui est très grave et nécessite la présence presque constante de parties prenantes, correspond généralement aux réseaux GIR1 et GIR2 Aggir, plus l'impossibilité d'effectuer le 3AVQ de 4. La sous-section "nécessitant une aide plus spécifique est souvent assimilée à ceux avec GIR3 qui sont incapables de faire 2 AVQ sur 4. Englisch: www.euro.who.int/mediacentre/PR/200…guage=German mener la vie quotidienne "(shopping, manger, nettoyer …) ou ses résultats lors de tests psychotechniques.
Moins les critères sont restrictifs, plus l'assureur a de chances de reconnaître et d'indemniser l'assuré. Les contrats d’April Assurances, de Crédit Agricole, de Postal Bank et de Mutex sont intéressants à cet égard: ils ne s’appliquent qu’au réseau Aggir, sans possibilité pour les assurés de réaliser des ADL. Mieux encore, Crédit Agricole Insurance Dependance étend sa couverture aux personnes reconnues dans le RIF 4, soit la grande majorité (45%) des personnes reconnues à charge en France.

Vérifiez soigneusement le montant de l'indemnisation

Avant de conclure un contrat, il est important de prendre en compte le montant de la compensation offerte et les conditions pour l’octroyer. En cas de dépendance totale, il est assez facile de payer tout le loyer prévu à l'origine après une franchise de 3 mois (seuls les contrats de AG2R La Mondiale, de Crédit Agriculture et de Mutex le compensent immédiatement). Si la dépendance n'est que partielle (la garantie est souvent offerte en option et nous vous recommandons de vous y abonner), en général, seulement 50% de ce loyer sera livré. Certains contrats sont en attente dans ce domaine, comme l'autonomie de Protecty (The Postal Bank) verse alors 60% de la rente attendue et Serenassur (garanties d'avril) 66%; Mieux encore: Independence Services (Mutex) ne fait pas cette distinction et paie 100% de la pension attendue, que l'assuré soit classé dans les RGI1, 2 ou 3. A l'inverse, toujours avec dépendance partielle, le contrat d'autonomie Macif ne verse qu'une somme forfaitaire de 300 € par mois, tandis que Safir Plus Autonomie AG2R La Mondiale n'offre que le versement d'un capital (3 000 à 30 000 €, au choix de l'assuré de la souscription).
Attention, les avantages de l’APA et la reconnaissance de l’équipe médico-sociale de votre service en tant que membre d’un GIR particulier ne signifient pas que votre assureur sera inévitablement indemnisé. De manière suspicieuse, tous les assureurs réservent la reconnaissance de la perte d'autonomie à leur propre conseiller médical sur la base du dossier médical ou d'une visite.
Les prestations de soins de longue durée ne se limitent généralement pas au versement d’une pension. La plupart proposent (souvent en option) de payer un capital en cas de perte d'autonomie. Un montant destiné à financer un éventuel développement de la maison si la personne assurée veut et peut rester à la maison. Les assurés sont les plus susceptibles de recevoir ce capital, car certains assureurs le versent à des personnes associées au GIR 4 (April Insurance, Groupama, La Banque Postale, Mutex) ou même au GIR 5 (Crédit Agricole, à) d’un montant de 1 600 euros. ). En revanche, les montants alloués (de 1 000 à 8 000 euros en général) pourraient ne pas suffire à couvrir tous les coûts de développement (voir page 69). Seul le contrat d’autonomie AG2R La Mondiale Safir Plus offre aux abonnés le choix du capital souhaité (compris entre 3 000 et 30 000 euros), mais la prime mensuelle correspondant à ce montant est comprise entre 148 et 65 euros pour une rente de 1 000 euros à l'année. avec dépendance totale!).

L'aide peut être très utile

Enfin, tous les contrats contiennent un composant auxiliaire. L’assuré bénéficie souvent d’un service d’audition et d’information dans le secteur de la santé lors de son inscription. Dans le cas d’un séjour à l’hôpital, la compagnie d’assurance peut s’occuper de divers services, tels que les frais d’avoir un parent, la garde des animaux domestiques ou une femme de ménage lors du retour à la maison … Plus compliqué est le contrat de l’assureur, Foresee suggère Assuré à travers une série d'entretiens téléphoniques menés par des infirmières pour informer sur la prévention de la perte d'autonomie. Le support de tous les contrats s'avère toutefois beaucoup plus intéressant lorsque la dépendance survient: équilibre des ressources, assistance administrative au financement, conseil en matière de planification du logement, voire même intervention gratuite d'un ergothérapeute et mise en œuvre. Un système d'assistance à distance pour le domicile … Un autre service précieux: la mise en place d'un réseau de soutien pour le recrutement d'un assistant de vie, la livraison de repas, l'arrivée d'un coiffeur ou la livraison de médicaments. Notez cependant que le coût d'une rénovation ou de services personnels n'est jamais (ou seulement partiellement) couvert. L’assuré doit percevoir sa pension ou son capital pour le financer.

Certains contrats laissent certains postes disponibles

Compte tenu des services offerts, la conclusion d'une assurance de soins de longue durée s'avère d'un intérêt mondial pour les personnes qui ne souhaitent pas soulager leur famille de leur dépendance ou ouvrir leur héritage parce qu'elles veulent l'hériter complètement. Ne permettez jamais cette assurance si vous décédez sans dépendance. Afin de supprimer les inconvénients des contrats sans recours, certains assureurs ont mis au point des produits dits «mixtes» pour se protéger contre la perte d'autonomie tout en réalisant des économies pouvant être réclamées ou transmises aux héritiers si nécessaire. Mort (voir détails n ° 990, p. 68). Ton erreur principale? Pour pouvoir réclamer des garanties similaires à celles des contrats sans numéraire, les montants à mobiliser sont beaucoup plus élevés. Pour obtenir une pension de 1 000 euros, le rédacteur du contrat avec la Banque Postale doit mobiliser plus de 43 000 euros (prime unique) pour un abonnement inférieur à 65 ans. Celui de Safir Plus Revenus (AG2R La Mondiale) doit lui payer 128 € par mois jusqu'à 85 ans. À ce stade, il peut choisir de récupérer les économies réalisées tout en continuant à bénéficier de la pension garantie en cas de dépendance ou d'abandonner définitivement son capital, mais en réclamant une double pension (2 000 €, dans notre exemple) en cas de perte. d'autonomie. D'un autre côté, et à de rares exceptions près (comme le traité sur la libre autonomie2 de l'Alliance), les cas de dépendances partielles ne sont jamais pris en charge.

Des contributions bientôt déductibles du revenu?

Promise par Nicolas Sarkozy mais repoussée à plusieurs reprises, une réforme en profondeur du système de prise en charge de la dépendance sera annoncée pour 2010. Si les discussions sont loin d’être terminées, une chose est sûre: l’APA fera l’objet d’une réforme en profondeur – il pourrait être éligible au remboursement par les bénéficiaires – et l’achat d’assurance privée supplémentaire devrait être encouragé. Si le contrat respecte un certain ensemble de spécifications (la grille Aggir doit être utilisée comme outil de dépendance unique), tout ou partie des contributions peuvent être déduites du revenu imposable. En contrepartie, la pension versée serait alors imposable, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Il semble que certains contrats en cours (tels que ceux utilisant la grille Aggir comme seul outil d’évaluation, voir tableau p. 70) pourraient bénéficier de ce régime fiscal. Une raison de plus de se tourner vers ces contrats.

Critères d'évaluation du degré de dépendance

Afin d'évaluer la dépendance d'une personne âgée, les assureurs se réfèrent le plus souvent à la table d'agrégation et / ou aux activités de la vie quotidienne.

Grille Aggir

Ce référentiel classe les personnes à six niveaux de perte d'autonomie, les quatre premiers GIR (ressources iso de groupe) éligibles à l'APA.

RIF 1: 8% des personnes à charge, dont 20% vivent à la maison.

Ils sont confinés au lit ou à la chaise, ont perdu leur autonomie mentale, physique, motrice et sociale et nécessitent la présence constante de travailleurs.

GIR 2: 28% des personnes à charge, dont 40% vivent à la maison.

Ils sont confinés au lit ou à la chaise, leurs fonctions intellectuelles ne sont pas complètement altérées et leur état nécessite un soutien pour la plupart des activités de la vie quotidienne. Ce sont aussi des personnes dont les fonctions mentales ont changé, mais qui ont conservé leur capacité de mouvement.

RIF 3: 19% des personnes à charge, dont 70% vivent à la maison.

Ils ont conservé leur autonomie mentale et, en partie, leur autonomie de mouvement, mais doivent être soutenus plusieurs fois par jour pour leur autonomie physique.

GIR 4: 45% des personnes à charge, dont 80% vivent à la maison.

Non seulement ils s'occupent de leurs transferts, mais ils peuvent aussi rentrer chez eux après s'être levés. Vous devez parfois être aidé pour aller aux toilettes et vous habiller.

Cours de la vie quotidienne (ADL)

Lorsque les assureurs se réfèrent à la capacité de la personne à exécuter le 4AVQ, la chose la plus courante consiste à se déplacer, à manger, à se laver et à s'habiller. S'il y en a 5, alors le transfert (se lever, se coucher, s'asseoir). Si c'est 6, c'est l'acte d'aller aux toilettes.

– "Le coût des services de soins à domicile, déduction faite de toutes les subventions", n ° 1035 du particulier, p. 62e

– "Organisez des saisons avec vos parents plus âgés en votre absence", n ° 1015 du Particulier, p. 62e

– "Combien coûte un séjour en maison de retraite?", N ° 1011 de la personne privée, p. 74e

– "Personnes âgées qui trouvent de l'aide pour les soins à domicile", n ° 1001 de la personne privée, p. 62.

– "Comment obtenir l'APA", n ° 984 du particulier, p. 72.

Ajouts à l'article

Noter cet article