Simulation assurance animal de compagnie

Complétez ce formulaire qui vous prendra moins de 5 minutes pour recevoir des offres personnalisées pour assurer votre animal de compagnie.





Bannière 728x90

Voici 5 autres articles sur les assurance pour animaux qui pourraient vous intéresser :

La loi résume que tout fait ou action de l'homme qui a causé du tort à un autre implique la responsabilité de son auteur. Et ouvre la voie à une indemnisation dans ce cas. Les dispositions légales sont donc claires. Ce qui est moins, est l'application du concept dans la vie quotidienne …

Le concept de responsabilité est aussi vieux que la loi. La loi la résume en indiquant que tout fait ou acte de l'homme qui a causé du tort à un autre implique la responsabilité de son auteur. Et ouvre la voie à une indemnisation dans ce cas. Les dispositions légales sont donc claires. Ce qui est moins, c'est l'application du concept dans la vie quotidienne. Prenons quelques exemples concrets. Des milliers de personnes voyagent chaque jour à bord de nos célèbres taxis blancs (verts ou bleus, selon les régions). C'est pratique, pas très luxueux, mais à des prix abordables. Outre le fait qu'il est difficile de savoir qui est le responsable en cas de catastrophe et que les tribunaux eux-mêmes ont du mal à se prononcer sur ce type de litige. Parce que pour que l’assurance puisse indemniser les victimes, il reste à déterminer qui est responsable de l’incident.
Dans ces cas, bien sûr, vous trouverez le conducteur du véhicule, l'auteur de l'accident. Sûrement il a conduit et est le coupable direct des faits, mais dans la loi il y a aussi le fonctionnaire. Est-ce le propriétaire du véhicule? Est-ce le titulaire de la licence de transport? Ou qui l'a engagé pour mener à bien cette activité? Les compagnies d’assurance recherchent toujours ce responsable qui a souscrit une assurance, mais en réalité, il essaie toujours de se soulager de ce qu’il prétend être. Cela en ce qui concerne les litiges relatifs aux véhicules à moteur.
C'est encore plus curieux. Tous ceux qui vivent dans un hôtel au Maroc trouveront dans leur chambre un petit avertissement qui ne cesse de se repousser. Il est dit que "l'établissement n'est pas responsable de la perte d'objets dans les chambres, veuillez laisser vos objets de valeur à la réception". Grande question: "Où sommes-nous allés?" En fait, ce petit panneau est inutile, trompeur et inapproprié. Et de tels incidents ouvrent la voie à des débats sans fin. Il ne fait aucun doute que l'établissement est légalement responsable de ce qui se passe dans ses murs. Il engage des employés qui, par subordination hiérarchique, divisent les responsabilités à différents niveaux. Si un objet disparaît dans une pièce, nous ne soupçonnerons ni n'accuserons le directeur de l'établissement. Mais il engage le personnel et est donc responsable de lui et de ses actes. Ce n'est pas toujours une sinécure. Empêcher l’arrivée du client que nous ne soyons pas responsables de ce qui peut se produire dans la chambre ne signifie pas nécessairement que vous souhaitez rester ou prolonger votre séjour!
Dans un autre registre, les personnes ignorent également qu’elles sont responsables vis-à-vis des tiers des dommages causés par un animal ou un objet dont elles ont la garde à des tiers. Et dans le cas des animaux, vous dites que la chose est simple: un chien domestique qui mord quelqu'un prend la responsabilité de son maître. Mais pour les articles? Le principe est le même et on ne soupçonne jamais comment un objet peut causer des dommages. Cela va du simple pot de fleurs qui tombe du troisième étage à un pare-brise. Ce qui est certainement sans plus regrettable. Parce que quand le même pot de fleurs atterrit sur la tête d’un passant, cela devient plus sérieux. Nous étions assis dans son bureau, à des kilomètres de lui, accusés d'homicide involontaire ou même d'agression. Les avocats connaissent toujours les termes qui sont mélodiques au pire désastre.
Nous réalisons ensuite que rester vigilant au volant et respecter la loi et les règlements ne suffit pas pour que les choses se passent bien. Nous oublions souvent que nous devons traiter des objets toute la journée et rester vigilants, car nous sommes responsables au civil et au criminel des dommages que ces "choses" inanimées peuvent causer. Il existe déjà une étude de cas sur les responsabilités et les avocats suivront de près l’enquête sur l’incendie de la cathédrale de Paris.

Noter cet article